A mon frère


Tu as lutté pendant cinq ans, contre la terrible maladie
Elle t'a donné bien des tourments, tu souffrais, tu as tant maigri
Par une nuit de printemps, bien loin de nous tu es parti
Tu n'avais pas 33 ans, tu nous as quittés sans bruit.
Tu disais que comme le Christ, au même âge tu disparaîtrais
Et cette idée si pessimiste, une nuit de mars devenait vraie
Pour respecter ta volonté, ton corps fut incinéré
Et là haut au petit cimetière, tes cendres reposent sous la pierre.
Personne ne t'a oublié. Je t'aimais bien mon frère
Pour toi des fleurs sont posées sur le buffet de notre mère.
Et chaque jour que Dieu fait, elle pense à toi, les larmes aux yeux
Elle contemple ton portrait, depuis elle n'a plus l'air heureux.
Ton fils est devenu bien grand,je sais que tu en serais fier
Rassure toi il n'est pas méchant et n'en fait pas voir à sa mère.
Aujourd'hui je regrette un peu de ne pas t'avoir mieux apprécié
Nous n'avions pas les même jeux car dix années nous séparaient.
Mon fils a eu une petite soeur, je crois que tu les aimerais
De toi je garde dans mon coeur, des souvenirs et des secrets

Annie Petit Lefebvre (Ecrit en 1983)